Actualites  Archives
 Inscription | Plan du site | 3  visiteurs actifs  
  
     A la Une
  Actualités
  Dossiers
  Coin Technique
  Annonces Web
  Référencement

     Diagnostic
  Popularité Site Web
  Positionnement Moteur
  WebPage Alerte
  Positionnement Google

     Archives
  Sélection
  Expérience qui parle
  Internet quotidien
  Tous les dossiers

     Services
  Communiqués de Presse

     Contact
  Nous contacter
  La protection des données personnelles

     Technique
  Merise

     Login
   
    
Inscription

Mot de passe oublié?

 Merise


Merise: 6ème Partie
L'actualité nous le prouve une fois encore : ce n'est pas parce que quelque chose est nouveau que les principes fondamentaux ne sont plus valables. De même qu'une entreprise est tributaire de son chiffre d'affaire et de sa rentabilité, un développement informatique se juge selon un minimum de règles élémentaires. On pourrait déjà citer : analyse, cohérence de conception, modularité, lisibilité, et utilisation censée des ressources matérielles et logicielles. Dans cette optique, construire une belle base de donnée bien pensée, cohérente, fonctionnelle, est déjà un premier pas. L'étape suivante est de savoir comment la remplir, et surtout comment lire les données qu'elle contient. Car les requêtes SQL pour interroger la base peuvent être très gourmandes en ressources systèmes et temps machine. Alors autant les formuler correctement afin de ne pas surcharger le serveur et donc d'afficher les pages rapidement. Vous pensez connaître la fonction "SELECT", la plus simple et la plus utilisé ? Bien, alors vérifions cela...

SECTEURS NOUVEAUX ? FIASCOS IDIOTS...

Après avoir vécu plusieurs années euphoriques, certaines Start Up Internet sont actuellement à la peine. Car même si le marché des nouvelles technologies est fabuleux, les perspectives de croissances phénoménales, les investisseurs ont perdu de vue la notions la plus fondamentale de l'économie : une entreprise doit être rentable. Et bizarrement, ce point était absent de très nombreux Business Plan, Businness Plan ayant permis à ne nombreuses sociétés de lever des sommes astronomiques. Certaines d'entre elles n'existaient et ne communiquaient que pour plaire à leurs investisseurs, et n'avaient même aucune activité commerciale.

La réaction des financiers est impitoyable : la majorité des investisseurs stoppent maintenant leurs investissements, et demandent à leurs entreprises d'être immédiatement rentables. Tout de suite. Et, comme nous sommes de bon montons de Panurges, les valeurs boursières baissent, des projets très prometteurs ne trouvent plus preneurs, et les décideurs affichent une frilosité exagérée. On oublie que de nombreuses entreprises font déjà d'énormes bénéfices, que le commerce électronique affiche de très bons chiffres pour l'an 2000, et que ceux ci vont tripler dans les deux ans. Que nous sommes en train de transposer tout notre modèle économique, notre façon de travailler, et d'organiser différemment notre société. Et surtout que c'est un sacré chantier qui va générer une immense activité...

METIERS NOUVEAUX ? SOYONS PROS !!!

L'analogie avec le développement est évidente : Internet a permis à tout un chacun d'ouvrir un espace chez un hébergeur, et à l'aide de livres devenus très accessibles et facilement disponibles de commencer ses propres réalisations. Intellectuellement, culturellement, ce fut une nouveauté fabuleuse. Dans le même temps, les informaticiens traditionnels n'ont pas toujours pris au sérieux ces nouvelles techniques "avec des images qui bougent", et que "tout le monde touche". C'est pour cela que nous trouvons beaucoup d'autodidactes dans les équipes techniques Web. Même si les informaticiens issus de formations classiques sont maintenant de plus en plus présent au sein des équipes de développements Internet, il est important de professionnaliser les méthodes de travail. De cesser l'amateurisme, de réapprendre l'analyse et le génie logiciel. En bref, de devenir hyper professionnel afin de ne pas faire l'erreur de se décrédibiliser quand viendra pour nous aussi l'heure du bilan technique du travail réalisé ces dernières années. Car nous aussi, nous serons jugés, en quelque sorte, quand nos développements seront repris pour être adaptés aux nouveaux besoins de l'entreprise, ou convertis aux technologies futures :

Ce n'est pas parce qu'un domaine est nouveau, que les principes fondamentaux ne sont plus valables.

LANGAGE SQL : SYNTAXE D'EXTRACTION DES DONNEES

Le langage SQL (Structured Query Langage, ou Langage d'Interrogation Structuré) date de la fin des annés 70. (voir article Un peu d'histoire des SGBD sur le web et ailleurs du 13 Novembre 2000). Nous allons déjà commencer par voir comment lire les données, et ce que cela signifie réellement.

Appuyons-nous sur ce schéma de base :



Syntaxe de la commande SELECT :
SELECT [ALL | DISTINCT ] liste de colonnes
FROM Table_1, table_2, ... , Table_n
WHERE ......
GROUP BY ......
HAVING ........
ORDER BY .......
COMPUTE .......


Exemples simples :
SELECT NOM, PRENOM FROM CLIENT
renvoie le contenu des colonnes NOM et PRENOM de la table CLIENT.

SELECT NOM as lastname, PRENOM as firstname FROM CLIENT
renverra le même contenu, mais en renommant le nom des colonnes de sorties.

SELECT LIBELLE, PRIXUNITAIRE * 0.85 as prixpromo FROM ARTICLE
affichera le nom des articles et le prix diminué de 15%. Il est donc possible d'effectuer des calculs directement au niveau de la base de donnée, ce qui évitera de faire appel à une partie de script spécialement développée pour l'occasion.

Détail des clauses optionnelles :

La clause WHERE exprime les conditions de recherches.
La clause GROUP BY groupe les résultats par critères.
La clause HAVING permet de restreindre les résultats en imposant une propriété.
La clause ORDER BY trie les résultats suivant un critère de qualification.
La clause COMPUTE génère des statistiques.


LANGAGE SQL : LA CLAUSE WHERE

Les conditions de recherches peuvent faire référence à des colonnes qui ne sont pas incluse dans la liste de sélection. Elle est très utilisée pour définir ce que l'on appèle des jointures :
SELECT CLIENT.NOM, CLIENT.PRENOM, FACTURE.DATE
FROM CLIENT, FACTURE
WHERE CLIENT.ID_CLIENT=FACTURE.ID_CLIENT
renverra le nom et le prénom des clients ayant des factures, ainsi que la/les date des factures correspondantes. Il est important de faire une jointure sur ID_CLIENT dans la clause Where, pour indiquer au moteur SQL que la liaison entre les deux tables s'effectue sur cette colonne 'commune'. (Nous reviendrons dans un prochain article sur le fonctionnement d'un moteur SQL).

Nous avons plusieurs outils pour les types de condition :

Opérateur de comparaison : = , > , < , >= , <=, <>
SELECT LIBELLE, PRIXUNITAIRE
FROM ARTICLE
WHERE PRIXUNITAIRE <>'100'
renverra les articles dont le prix est différent de 100. Il est important de mettre les côtes ' ' dans la clause Where, car sinon le moteur SQL interprétera 100 comme étant une colonne.

Intervalles : BETWEEN , NOT BETWEEN
SELECT LIBELLE, PRIXUNITAIRE
FROM ARTICLE
WHERE PRIXUNITAIRE BETWEEN '100' AND '200'
renverra les articles dont le prix est compris entre 100 et 200.

Listes : IN , NOT IN
SELECT LIBELLE, PRIXUNITAIRE
FROM ARTICLE
WHERE PRIXUNITAIRE IN ('100','200','300)
renverra les articles dont le prix est soit de 100, soit de 200, soit de 300.

Correspondances de chaînes : LIKE , NOT LIKE
Quelques jokers :

  • % joker : toute chaîne de caractère
  • - joker simple: un caractère, n'importe lequel
  • [ ] un caractère de l'intervalle ou de l'ensemble spécifié
  • [^ ] un caractère en dehors de l'intervalle ou de l'ensemble spécifié

SELECT LIBELLE, PRIXUNITAIRE
FROM ARTICLE
WHERE LIBELLE LIKE '%teu%'
renverra les articles dont le nom contient 'teu' (pelleteuse, par exemple....)

Valeurs inconnues : IS NULL, IS NOT NULL
SELECT LIBELLE, PRIXUNITAIRE
FROM ARTICLE
WHERE PRIXUNITAIRE IS NOT NULL
renverra les articles dont le prix existera, c'est à dire aura une valeur correspondante dans la table.
ATTENTION !!! En sql, NULL ne signifie pas 0 ,il représente une valeur indéterminée, il signifie 'rien', comme l'ensemble vide en Mathématique.

Combinaisons : AND , OR
SELECT LIBELLE, QUANTITE, DATE
FROM ARTICLE , CONTIENT, FACTURE
WHERE ARTICLE.ID_ARTICLE=CONTIENT.ID_ARTICLE
AND CONTIENT.ID_FACTURE=FACTURE.ID_FACTURE
AND PRIXUNITAIRE NOT BETWEEN '100' AND '200'
OR PRIXUNITAIRE='150'
renverra les articles, leur quantité par facture, et la date, et ceci pour les articles dont le prix n'est pas compris entre '100' et '200' ou est égal à '150'.

LANGAGE SQL : LES AGREGATS

Les fonctions d'agrégats calculent des valeurs à partir des données d'une colonne particulière. Les opérateurs d'agrégat sont : sum (somme), avg (moyenne), max (le plus grand), min (le plus petit), et count (le nombre d'enregistrements retournés).
SELECT sum(PRIXUNITAIRE)
FROM ARTICLE, CONTIENT
WHERE ARTICLE.ID_ARTICLE=CONTIENT.ID_ARTICLE
AND CONTIENT.ID_FACTURE='123456'
renverra le montant total de la facture '123456'

SELECT avg(PRIXUNITAIRE)
FROM ARTICLE, CONTIENT
WHERE ARTICLE.ID_ARTICLE=CONTIENT.ID_ARTICLE
AND CONTIENT.ID_FACTURE='123456'
renverra le prix moyens par article de la facture '123456'

SELECT max(PRIXUNITAIRE)
FROM ARTICLE, CONTIENT
WHERE ARTICLE.ID_ARTICLE=CONTIENT.ID_ARTICLE
AND CONTIENT.ID_FACTURE='123456'
renverra le plus grand prix de la facture '123456'

SELECT min(PRIXUNITAIRE)
FROM ARTICLE, CONTIENT
WHERE ARTICLE.ID_ARTICLE=CONTIENT.ID_ARTICLE
AND CONTIENT.ID_FACTURE='123456'
renverra le plus petit prix de la facture '123456'

SELECT count(PRIXUNITAIRE)
FROM ARTICLE, CONTIENT
WHERE ARTICLE.ID_ARTICLE=CONTIENT.ID_ARTICLE
AND CONTIENT.ID_FACTURE='123456'
renverra le nombres d'articles figurants sur la facture '123456'

LANGAGE SQL : LA CLAUSE GROUP BY

La clause GROUP BY, utilisée dans une instruction SELECT, divise le résultat d'une table en groupe. Il y a actuellement 16 niveaux de sous-groupes possibles.
La clause GROUP BY est présente dans les requêtes qui comportent également des fonctions d'agrégats, ces dernières produisant alors une valeur pour chaque groupe, également appelé agrégat vectoriel.
SELECT NOM, avg(PRIXUNITAIRE), sum(PRIXUNITAIRE), ID_FACTURE
FROM ARTICLE , CONTIENT, FACTURE, CLIENT
WHERE ARTICLE.ID_ARTICLE=CONTIENT.ID_ARTICLE
AND CONTIENT.ID_FACTURE=FACTURE.ID_FACTURE
AND FACTURE.ID_CLIENT=CLIENT.ID_CLIENT
GROUP BY ID_FACTURE
renverra pour chaque facture, par nom de client, le prix moyens ainsi que la quantité des produits présents sur chaque facture.

LE LANGAGE SQL EST TRES SOUS-ESTIME. ET POURTANT...

Il n'est pas possible de tout voir en un seul article. La prochaine fois, je détaillerais les clauses HAVING, ORDER BY, et COMPUTE. Ensuite, je vous montrerais comment fonctionne un moteur de base de donnée, afin de bien comprendre de quoi il s'agit, et de montrer comment optimiser ses requêtes SQL. Ensuite, nous nous amuseront un peu avec quelques requêtes un peu complexes, mais qui permettront surtout d'avoir l'information en un seul accès à la base de donnée, et de retoucher ensuite cette information le moins possible dans le script lui-même. Autant limiter les accès à la base, et récupérer le maximum d'information en une seule requête. Car une fois que les requêtes principalement utilisées ont été identifiées, il y a des méthodes très simples pour accélérer les temps de réponse de la base sur ces requêtes. Et surtout, cela évitera de retraiter les données dans de longues et lourdes routine de programmation, souvent illisibles, incompréhensibles, et très très coûteuses en temps machine : il n'y a rien de pire qu'un trie de données effectuée sous forme de pile (tableaux passés en mémoires), alors autant éviter les lourdeurs inutiles.
Après, tout est question de choix technologique et logicielle : un programme ou un site reposant sur une base complexe devra peut être utiliser un moteur SQL conséquent et plus professionel...

<< Lire la 5ème partie

 

 

Stéphane Lambert
http://www.vediovis.fr/

Spécialisé dans le développement Web, Stéphane LAMBERT
a fondé VEDIOVIS PRODUCTIONS en Mai 2000.
Son expérience couvre essentiellement les sites à fortes audiences,
institutionnels ou audiovisuels.

 

Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite sans autorisation préalable

 Imprimer Donner votre avis

 
 

Sam-Mag - Un site du réseau ACORUS 1996-2007
© Copyright ACORUS All rights reserved.- Mentions légales

Ce site respecte la loi Informatique et Libertés. Pour en savoir plus sur la protection des données personnelles, cliquez

 
Webmaster