Actualites  Archives
 Inscription | Plan du site | 6  visiteurs actifs  
  
     A la Une
  Actualités
  Dossiers
  Coin Technique
  Annonces Web
  Référencement

     Diagnostic
  Popularité Site Web
  Positionnement Moteur
  WebPage Alerte
  Positionnement Google

     Archives
  Sélection
  Expérience qui parle
  Internet quotidien
  Tous les dossiers

     Services
  Communiqués de Presse

     Contact
  Nous contacter
  La protection des données personnelles

     Technique
  Merise

     Login
   
    
Inscription

Mot de passe oublié?

     Rechercher
    
   

 Sélection


Y a-t'il quelqu'un pour acheter mon site ? (1ère partie)
lors que nombreux sont les webmestres qui traquent sans y parvenir les annonceurs et les sponsors qui sauront garantir l'avenir de leur site, certains autres, plus réalistes ou moins conscients, se disent qu'après tout, développer un site et le vendre, ça peut rapporter plus gros... Ah bon ?

En internaute affamé d'informations pertinentes, vous avez sans nul doute entendu parler de l'affaire Zap.com aux Etats-Unis. Pour les moins bien renseignés, il s'agit d'un groupe industriel de grande notoriété qui, au printemps dernier, avait annoncé son intention de lancer une stratégie virtuelle pour le moins novatrice.

Le rêve secret du webmestre

En effet, les dirigeants de Zap.com qui voulaient sans tarder damer le pion à Yahoo, Lycos et Excite (les trois en même temps !) s'était mis en tête de développer un énorme portail web en "rachetant" (tout simplement) une vingtaine de sites populaires ou à fort contenu. Et c'est ce qu'ils ont fait en juillet à grand coup de messages racoleurs dans les médias traditionnels et sur le web; "Zap achète votre site !" A la bonne heure...

L'histoire ne connaît pas malheureusement de prolongement heureux puisque après trois mois d'activités seulement, la politique virtuelle de Zap s'écroule aussi bien à la bourse qu'en terme de trafic et d'ambition... Pas de précipitation, sur le web, c'est la patiente et la tendance de la courbe qui importent.

En fait, à en juger par le courrier que nous recevons, il semblerait que cette perspective d'échanger un jour ce qu'on développe avec passion et enthousiasme aujourd'hui contre des espèces peut-être moins passionnantes mais sonnantes et trébuchantes caresse les rêves de plus d'un webmestre à son compte...

Et les audits spécialisés que nous avons développés à cet usage ont tendance à rencontrer un succès grandissant. De un par mois en moyenne en juin dernier, nous en étions à sept pour le seul mois de septembre.

Deux cas de figure principaux pour ces expertises que nous menons; il s'agit soit d'estimer la valeur d'un site faisant partie du capital d'une société en liquidation, soit d'estimer le prix de vente d'un site pour un client qui souhaite faire une offre de rachat ou vient de la recevoir. C'est bien la preuve qu'en cet automne 98, le marché montre enfin le bout de son nez !

Le marché du site d'occasion !

Et ce marché se développe pour plusieurs raisons ou en fait, pour plusieurs types de clients. Qui peut en effet avoir un intérêt quelconque à se payer un site ?

Il y a d'abord le cas de Zap, assez symptomatique d'une entreprise de renom dont les responsables marketing, prenant subitement conscience qu'ils accusent un retard en ligne pratiquement impossible à combler, optent pour le rachat de site pur et simple, autant dire l'achat de trafic.

Cette catégorie, qu'on se rassure, sera particulièrement en vogue sur le web francophone dans les deux ans qui viennent. Certains mastodontes de l'industrie et du commerce ont en effet laissé se creuser le "cyberfossé" qui les séparait de leurs concurrents d'une manière inquiétante. Gageons qu'en voyant quelques millions supplémentaires de leurs clients potentiels émigrer en ligne, ils finiront par se dire: "bon sang mais c'est bien sûr !"

Ils prendront alors leur calculette et conclueront qu'au prix d'entrée sur le web, il vaut encore mieux miser sur du solide et du vécu ! Des sites établis.

Mais les principaux acteurs du marché sont déjà là. Et ce sont eux qu'il faut d'abord chercher à séduire... C'est assez logique lorsqu'on s'y intéresse de plus près. Les entreprises virtuelles de forte notoriété souhaitent bien évidemment profiter aussi largement que possible d'un marché qu'elles ont appris à connaître et à exploiter. Elles cherchent donc à investir dans les domaines où elles se savent les plus fragiles.

Progresser... avec le marché

Pas étonnant qu'un fournisseur d'accès (disons par exemple Infonie) manifeste le désir d'acheter un site portail (par exemple Lokace). Pas plus surprenant qu'une entreprise spécialisée dans l'hébergement jette son dévolu sur un site à fort contenu. Pas curieux enfin qu'un "moteur de recherche", un concept de site à caractère essentiellement technique, souhaite s'offrir un news-magazine en ligne...

C'est une constante depuis qu'Internet est devenu commercial (et donc concurrentiel), il faut progresser (en trafic, en contenu et en qualité) en même temps que le nombre d'utilisateurs croît sur le réseau. Stagner c'est perdre des parts de marché. Régresser, c'est disparaître purement et simplement. Toutes les entreprises à forte ambition "cyberspatiale" cherchent donc à évoluer, soit en développant en interne de nouveaux types de services (France Telecom s'y est employé avec pas mal de réussite cette année), soit en rachetant des produits existants. Comprenez des sites déjà en ligne.

Les plus connus ne sont d'ailleurs pas en reste, à commencer par l'excellent et respectable ZDNet France dont le Rédacteur en chef, Bruno Villacampa, nous confiait il y a quelques mois dans un entretien: "il n'est pas impossible que nous pratiquions cet exercice (le rachat de sites internet) dans un avenir pas très lointain."

Nous verrons, dans la seconde partie à paraître la semaine prochaine, quels sont les critères que favorisent généralement les "racheteurs" du web (en France et aux Etats-Unis) et, c'est sans doute l'essentiel, combien peut bien valoir un site internet...

Philippe Monteiro da Rocha [07.06.2002 13:51 - victor]

 Imprimer Donner votre avis

 
 

Sam-Mag - Un site du réseau ACORUS 1996-2007
© Copyright ACORUS All rights reserved.- Mentions légales

Ce site respecte la loi Informatique et Libertés. Pour en savoir plus sur la protection des données personnelles, cliquez

 
Webmaster