Actualites  Archives
 Inscription | Plan du site | 6  visiteurs actifs  
  
     A la Une
  Actualités
  Dossiers
  Coin Technique
  Annonces Web
  Référencement

     Diagnostic
  Popularité Site Web
  Positionnement Moteur
  WebPage Alerte
  Positionnement Google

     Archives
  Sélection
  Expérience qui parle
  Internet quotidien
  Tous les dossiers

     Services
  Communiqués de Presse

     Contact
  Nous contacter
  La protection des données personnelles

     Technique
  Merise

     Login
   
    
Inscription

Mot de passe oublié?

   Sondage
Les points que vous souhaitez voir traiter à l'avenir ?
5%Actualité
28%Documentation
53%Exemples de sources
3%Liste de liens
11%Revue logiciels

   Sondage
Vous vous intéressez plutôt à
77%Programmation
11%Système
8%Logiciel
5%Matériel

   Sondage
votre niveau technique ?
15%Amateur
46%Débutant
32%Professionnel
7%Expert

     Rechercher
    
   

 Actualités > Coin Technique


Netscape pourra-t-il vraiment renaître de ses cendres ?

Le 16 avril 2002, AOL annonçait qu'il allait renoncer à IE (internet explorer) et qu'il allait équiper ses kits Compuserve avec un navigateur basé sur Gecko, le moteur "open source" sur lequel tourne Netscape 6, et qui est le résultat du projet MOZILLA (mozilla.org) lancé par Netscape en 1998. D'aucuns (Yahoo!, Vnunet) y voient l'annonce certaine de la renaissance de Netscape, alors que d'autres (CNET) sont beaucoup plus sceptiques.

Avant de crier au miracle ou au contraire d'enterrer définitivement Netscape et de le ranger au musée des "pionniers du Net disparus" il faut se repencher sur l' historique de ce qu'il faut bien avoir le courage d'appeler un fiasco Marketing et se poser la question: Netscape peut-il renaître de ses cendres ?

Un bon départ

En 1993, au démarrage du Web, le navigateur par défaut était l'ancêtre Mosaic. Le choix était restreint et Microsoft ne s'intéressait pas encore à Internet. Le principal attrait était le "surf" mais on parlait encore à l'époque de Gopher, de Veronica des news et même des IRC (Internet Relay Chat). Vint ensuite le fameux Netscape 1.0 qui se répandit rapidement dans le public. Tellement rapidement qu'en 1994 sur l'autoroute urbaine A40 à l'Ouest de Londres on voyait des panneaux publicitaires qui nous promettaient un avenir radieux où nous travaillerions depuis chez nous : "Today stuck on the A40, tomorrow on the Information superhighway".

Tout allait bien pour Netscape et ses créateurs (Jim Clark et Marc Andreesen), Netscape dont le nom rimait presque entièrement avec Internet. Car soyons francs, les 80% de part de marché de Netscape montraient un quasi monopole de fait pour la firme de Mountain view, Californie. Et ce monopole là, personne ne trouvait rien à y redire.

Microsoft : abus de position dominante ?

1996 marqua le virage de Netscape vers l'Intranet avec sa suite de serveurs et de logiciels (suite spot, en Octobre 1996). Netscape était donc promis à un bel avenir, et Microsoft ne se réveilla que durant l'été de cette année là - date de la livraison de IE4.0 - nouveau navigateur de Microsoft, et digne concurrent de Netscape qui dominait le monde du Web avec sa série 3. Avant cette date, Bill Gates avait déclaré que l'Internet n'était pas vraiment un axe stratégique pour Microsoft (1995). Le lancement d'Internet Explorer 4 en 1996 devait changer la donne.

Alors comment expliquer la position actuelle (voir statistiques ci-après) du pionnier du navigateur sur son marché ?

Les discussions de café du commerce de l'informatique pointeront le doigt de façon quasi unanime sur Microsoft et son monopole de fait au travers de la livraison de IE. 4.0 de façon standard avec Windows 95 puis 98. Toutefois, les causes sont peut-être plus complexes que cela. Replongeons-nous dans l'historique et faisons l'autopsie d'un échec.

1994 : refus de travailler avec Microsoft

Si on pointe le doigt sur Microsoft au travers d'un procès très médiatisé, on oublie souvent de rappeler qu'en 1994, Netscape refusait de travailler avec Microsoft pour intégrer son navigateur à … Windows 95 ! En refusant de fournir une licence de son logiciel à la firme de Bill Gates, Netscape s'est coupé de la possibilité de coupler son navigateur au système d'exploitation le plus populaire et de maintenir sa position de leader. Les raisons invoquées par Netscape à l'époque (refus de livrer la technologie Netscape à Microsoft, et proposition sous-évaluée de la part de Microsoft) se sont en fait retournées contre eux car à peine un an plus tard, Microsoft livrait le produit qui devait leur porter un coup sévère.

Microsoft passe des accords avec des FAI (fournisseurs d'accès Internet) et des fabricants

Microsoft, et c'est d'ailleurs ce qui lui est reproché, a noué des accords très puissants avec des fabricants qui ont installé IE sur leurs machines par défaut, mais surtout avec des fournisseurs d'accès Internet (FAI). Imaginez toutes les copies qu'AOL (un nom que nous retrouverons plus tard) a fourni du navigateur de Microsoft avec ses kits d'installation. En France, la même chose s'est passée avec Wanadoo et Free (aux beaux jours du tout gratuit pour ce dernier) qui personnalisaient IE afin de faire paraître leurs logos directement sur le navigateur. C'est bien ces kits d'installation qui sont au cœur du problème, plus que les versions préinstallées de IE 4, du moins pour les accès résidentiels (on verra d'ailleurs dans les statistiques que le milieu professionnel reste un plus gros utilisateur de Netscape) car c'était un élément de branding pour les FAI. Seuls les utilisateurs avancés (donc une minorité) étaient capables d'installer des accès Internet sans utiliser le kit d'installation.

Une autre raison maintes fois avancée était que le navigateur de Microsoft était livré gratuitement et que celui de Netscape était quant à lui payant. Je ne garderai cependant pas cette hypothèse car cela ne concernait pas le grand public qui était libre de télécharger le logiciel de Netscape ; à supposer en outre que cette restriction se soient appliquée systématiquement aux acheteurs professionnels qui étaient censés régulariser leurs achats de licence auprès de Netscape (il y en eut).

Les habitudes des utilisateurs

Une étude de 1997 menée par GVU montre également que les utilisateurs, qu'ils soient européens ou américains changent rarement de navigateur plus d'une fois. Une fois un navigateur installé et l'habitude prise par les utilisateurs, il est donc très difficile de revenir en arrière. Netscape a vraiment raté le wagon des kits d'installation et des partenariats, sauf celui avec IBM et Sprint.

Frequency of Browser Switching

Netscape devient paranoïaque

Une autre raison qui peut expliquer le fiasco de Netscape, est le climat de paranoïa qui s'est développé dans la firme pour ce qui concerne ses relations avec son principal challenger. Obsédés par la crainte que Microsoft puisse abuser de sa position déjà dominante sur le marché de la bureautique et de l'OS pour ordinateurs personnels, les ingénieurs et dirigeants de Netscape finirent par oublier d'améliorer leur produit et de se différencier de Microsoft par la qualité et l'innovation. La firme a poussé des incantations - souvent relayées par Sun - dans la fin des années 90 qui finissaient par ne plus avoir de sens. Et je me souviens notamment d'une manifestation de haine en 96 à Bruxelles qui ne devait rien à 1984 de George Orwell, avec Vidéo clips à l'appui, pour diaboliser Bill Gates et son entreprise. Le but n'était plus de construire ni même de prouver que techniquement Java apportait un plus tangible pour le client, l'entreprise et le développement d'Internet, mais de diffuser une idéologie de victime vis à vis d'un offreur dominant sur le marché. Cette paranoïa a fait perdre à Netscape la vue des finalités nécessaires au développement commercial de la firme et ont précipité sa chute.

Netscape rate ses nouveaux produits et perd ses experts et ses visionnaires

Et c'est ainsi que Netscape a raté complètement sa version 5.0, qui ne vit jamais réellement le jour. Ainsi, la version 4.x s'est étirée en longueur jusqu'à en arriver à la version 4.7, à peu près stabilisée, à force de corrections de bugs successifs et persistants. Ainsi, quasi aucune innovation industrielle sur ce produit n'a été publiée de 1999 à 2002, date où le passable Netscape 6.2 a été officiellement sorti.

Et je ne mentionne même pas le fiasco des fiascos, cette version 6.0 que quelques privilégiés dans le monde ont pu télécharger mais surtout installer et qui a toujours obstinément refusé de marcher. Et que dire de ce que Netscape a fait de sa stratégie de base sur le client léger ! Loin de se démarquer de Microsoft, la firme de Mountain View se mit à produire des logiciels plus lourds et moins performants que Microsoft.

Taille au téléchargement : Paul Sciortino a répertorié les différents poids des navigateurs. En voici un résumé :

Browser (Windows)

Filename

File size (MB)

Source

Netscape 3.04 n32e304.exe 3.3 ici
Netscape 4.51 cc32e451.exe 14.3 ici
Netscape 4.78 cc32d478.exe 22.4 ici

Netscape 6.1

N6SetupB.exe 24.4 ici
Netscape 6.2 N6SetupB.exe 25.1 ici
Note : on verra notamment le saut entre la version 4.5x et la version 4.7x qui amène Netscape à des niveaux de téléchargement qui n'ont plus rien à envier à Microsoft. Nous sommes bien loin du client léger.

On a le sentiment d'un immense gâchis qui a d'ailleurs fini par dégoûter les experts et les visionnaires de Netscape eux-mêmes. Les départs de ceux-ci se succédant, Netscape est entrée dans un cercle vicieux qui a tiré son produit vers le bas. Jim Barksdale, Marc Andreesen, Mike Homer, Mike McCue et Angus Davis sont tous partis de Netscape les uns après les autres, jusqu'au rachat par AOL en 1998.

Le résultat fut justement de faire la part belle à Microsoft, mais là il faut aussi avouer que Netscape a donné un sacré coup de main à Bill Gates.

Les inconditionnels quittent le navire

Tous ces événements, et surtout le fait que finalement Netscape était devenu un produit assez médiocre, ont fini par dégoûter également les inconditionnels de la marque (dont votre serviteur) qui jusqu'à la dernière minute ont essayé de tenir bon et de donner la faveur à Netscape aux dépens IE. Mais faire développer un site Web ou un logiciel Web en asp pour un navigateur buggé, obsolète et ne représentant désormais plus une grande part du marché n'avait plus beaucoup de sens.

Et c'est ainsi que les statistiques d'utilisation de Netscape ont fini par tomber très bas.

Les deux tableaux ci-après vous donnent les statistiques comparées des représentativités des navigateurs de Netscape et de Microsoft entre un site grand public (http://faxfacile.com/ sur Wanadoo) et B2B (http://fr.viasolutions.com/) :

Faxfacile
Faxfacile



Viasolutions

Note : Calculs effectués sur plus de 100000 visiteurs sur chaque site, sur une période de 3 mois. On remarquera que Netscape 4.x a beaucoup mieux résisté dans le milieu professionnel avec une part de 7.6% contre 1.0% dans le grand public (Wanadoo). La part de marché d'Internet Explorer sur ce site grand public est passée quasiment à 99%. Il est temps que Netscape réagisse !

Le rachat par AOL : un faux espoir (1998)

En 1998 le rachat par AOL a permis de croire à un sursaut de Netscape et a redonné du courage aux afficionados. Enfin, Netscape allait pouvoir être distribué au travers du plus grand réseau FAI mondial. Hélas, AOL ne crut pas réellement dans les chances de Netscape, qui avait perdu ses gourous et ses techniciens comme nous l'avons vu précédemment. AOL a donc joué la sécurité en conservant ses accords avec Microsoft et en reléguant Netscape dans une division à part d'AOL intitulée @work.

Ce fut donc un faux espoir et Netscape ne s'est pas remise de ses malheurs avant 2002 (comme nous allons le voir bientôt).

IE 5 : un produit réellement réussi

Enfin, il faut reconnaître objectivement qu'IE 5 était sur le plan de l'usage un produit très réussi. Plus léger que Netscape (un comble car Microsoft était pointé du doigt en 95 par Netscape pour vouloir " plomber " nos postes de travail) et plus rapide. Il était aussi plus puissant (et donc aussi plus dangereux, notamment lorsque des trous de sécurité étaient dévoilés au fur et à mesure, ce qui est encore le cas avec la version 6). Mais en termes d'utilisation pure, il était plus agréable, plus graphique, plus souple avec les tactiques html, dhtml et autres utilisées par les développeurs Web qui cherchaient à rendre les sites Internet plus performants.

Il est vrai que Netscape et Microsoft ont tous les deux contribué à faire dévier Html de ses standards fixés par le W3C en ouvrant la porte à des balises Html propriétaires. Mais Internet Explorer a permis des choses que Netscape ne n'autorise encore pas. En voici deux exemples frappants :

  • L'astuce " favicon " bien connue des webmestres qui permet d'appliquer un branding à un site Web en en personnalisant l'icône qui se charge automatiquement dans les favoris. Loin d'être un gadget, c'est un élément de reconnaissance du site Web qui serait autrement perdu dans la masse des favoris ajoutés à la hâte par l'utilisateur de façon anarchique.

  • ILINK, la balise pourtant standard du Internet Link Exchange, toujours inconnue de Netscape Composer à ce jour.

  • Des incompatibilités sur les calques qui rendent certaines pages illisibles (ce point est corrigé dans la version 6.2.2)

  • Visualiser le test de compatibilité de la page francetelecom.com avec Netscape (source Dreamweaver)

Netscape 6.2.2 permettra-t-il à Netscape de renaître ?

Et voilà que suite à l'expiration du contrat entre Microsoft et AOL en 2001, AOL a décidé de répliquer en couplant Netscape (et non plus IE) avec ses kits Compuserve. Certes, Compuserve ne pèse que 3 millions d'utilisateurs, qui comparés aux 34 millions d'AOL font figure de banc d'essai.

Mais c'est un signe fort qu'AOL veut envoyer à Microsoft.

Alors faut-il se réjouir, anciens inconditionnels de Netscape et libres penseurs du logiciel ? Hélas, j'ai bien peur que ce ne soit pas si simple. Voici un mois que je me force à utiliser Netscape 6.2 (basé lui aussi sur Gecko) et malheureusement, je n'ai pas encore trouvé, en toute objectivité ce produit impressionnant, ni même simplement facile d'utilisation, même si cette impression peut être tempérée depuis la sortie de la version 6.2.2 fin avril 2002.

Il est toujours plus lent au chargement dans Windows. Ceci est encore plus visible sur les ordinateurs moins puissants (Pentium II s'abstenir). Ceci est tellement vrai qu'à l'installation, Netscape demandera si vous voulez installer "Quick Launch" qui permet de laisser Netscape en mémoire et d'accélérer son lancement. Mais cette différence tend elle aussi à s'estomper avec la version 6.2.2. CNET a également montré que le html était affiché plus lentement par Netscape (mais attention, ce fait est également contredit par la nouvelle version 6.2.2).

 

  • Un des atouts avancés par les aficionados du camp Mozilla est la compatibilité du moteur avec Linux, mais aussi avec les terminaux Internet mobiles, qu'il s'agisse de téléphones ou d'assistants personnels. Gecko, la technologie qui constitue l'épine dorsale de Netscape et de Mozilla rend cette évolution possible.

  • Toutefois, Mozilla et Netscape, malgré cette quête d'universalité, risquent de trouver des concurrents sur leur chemin. Ainsi des experts comme Ken Smiley de Giga Information Group restent assez sceptiques : "je ne vois pas vraiment pourquoi les gens essaieraient le navigateur de Mozilla sur leurs Visor, car il y en a déjà un bon par défaut. Je ne suis pas convaincu que leur solution soit supérieure."

La technologie Mozilla est en fait selon ses défenseurs plus qu'une technologie pour navigateur car elle permet notamment de développer de réelles applications autour de son moteur. Cela est très bien, mais est-ce suffisant pour relancer Netscape dans le monde des utilisateurs. On peut encore en douter car le projet est trop orienté technique et a quelque peu oublié les utilisateurs.

Par exemple, un petit détail qui choque dans Netscape 6.2 : affichez une image, un logo, cliquez à droite de la souris pour le recopier dans votre traitement de texte favori et ... déception des déceptions, ce n'est pas possible !

Tant que les développeurs de Netscape n'auront pas compris que les utilisateurs sont leurs premiers clients il y a malheureusement peu de chances que nous puissions être les témoins d'un changement salutaire dans le monde des navigateurs. Il est cependant évident que la nouvelle version mise à la disposition des utilisateurs en avril (version 6.2.2) apporte de nettes améliorations et que Netscape, grâce à elle, redevient une alternative possible au navigateur de Microsoft.

Espérons que notre appel soit entendu et que, peut-être à la faveur des failles de sécurité de IE6 détectées par CNET, Netscape revienne au devant de la scène pour permettre un véritable choix aux utilisateurs et que nous soyons libres de surfer avec l'un ou l'autre des navigateurs.

Car enfin, en dehors de toute objectivité, je me réjouis de voir une version de Netscape réellement utilisable après tant d'attente, qui peut faire espérer que notre ancien navigateur favori puisse enfin renaître de ses cendres.

 

 

 

Par Yann Gourvennec

http://visionarymarketing.com

[29.08.2002 09:31 - Yann Gourvennec]

 Imprimer Donner votre avis

 
 

Sam-Mag - Un site du réseau ACORUS 1996-2007
© Copyright ACORUS All rights reserved.- Mentions légales

Ce site respecte la loi Informatique et Libertés. Pour en savoir plus sur la protection des données personnelles, cliquez

 
Webmaster